CAP Champenois dans la Marne, ou l’appétit de création d’Hervé Coutelas

Publié le 28 septembre 2017 par Frédéric MaraisEntrepreneur dans l’âme, que l’étiquette de “patron social” ne rebute pas, Hervé Coutelas est aussi un fervent défenseur du made in France.Le président de Cap Champenois à Reims a construit son groupe à coups de créations et de reprises d’entreprises. Tout en prouvant que l’on pouvait réussir dans les affaires sans renier ses convictions humanistes. Portrait.Cap Champenois fabrique des portes et des fenêtres, des portails et des garde-corps, des vérandas et des bardages extérieurs. © Frédéric Marais / Agence InfoUn patron qui ne se prend pas de salaire, mais qui au contraire vend son appartement en Corse pour renforcer financièrement sa holding ? Qui n’hésite pas à « sacrifier de la marge et de la rentabilité » pour garantir « des emplois durables » à son personnel ?Qui fait de la lutte contre le chômage « une grande cause nationale » et pour qui un licenciement est un « drame ». Qui a le patriotisme économique chevillé au corps et reverse un tiers des résultats de l’entreprise aux salariés (réinvestissant les deux autres tiers) ? Ne cherchez plus : cet oiseau rare s’appelle Hervé Coutelas, et c’est le président du Groupe New Cap à Reims qui possède entre autres, la menuiserie Cap Champenois.C’est aussi un entrepreneur émérite, avec sept créations ou reprises d’entreprises à son actif, ce qui lui permet de revendiquer la création « de plus de mille emplois » tout au long de sa carrière. Agé de 63 ans, Hervé Coutelas n’a aucunement l’intention de raccrocher. « Je compte travailler encore une vingtaine d’années car j’ai l’impression d’être au début de mon projet », annonce-t-il, la tête fourmillant d’idées.Tant que ce karatéka de haut niveau, qui fut « aux portes de l’équipe de France », tiendra la forme… N’est-il pas également le président du Cercle rémois d’arts martiaux, club qu’il a lui-même fondé en 1984, et qui compte aujourd’hui quelque 300 membres ? Une autre belle réussite du dirigeant rémois - mais cet homme a-t-il connu l’échec ?A ses débuts, Hervé Coutelas ne prend pourtant pas vraiment le chemin de l’entreprise. Il prépare l’Ecole normale, mais n’enseignera jamais. « J’ai trouvé un boulot de commercial dans le bois et ses dérivés. On m’a embauché pour être représentant dans les matières plastiques. Au bout de cinq ans, j’ai souhaité créer ma propre boîte. »Les Plastiques du Nord-Est voient le jour en 1985 à Muizon, dans la Marne. « Très vite on est monté à 10 millions de francs de chiffre d’affaires », explique l’entrepreneur. Ce succès attire l’attention de la société Thermoplast, avec laquelle Les Plastiques du Nord-Est fusionnent bientôt.En 1988, Thermoplast revend ses parts et, un an plus tard, Hervé Coutelas crée sa deuxième société, Plastic System International. Qu’il cède en 1996 à l’Allemand Thyssen, alors que l’entreprise compte 80 salariés, 5 agences, et réalise 96 millions de francs de chiffre d’affaires. Le fondateur est nommé directeur général France.Hervé Coutelas estime que « son pays vaut le coup de se battre pour lui ». © Frédéric Marais / Agence InfoReparti de zéroLa seconde partie de la saga d’Hervé Coutelas s’ouvre en 1999, avec la création d’une société qui lui appartient [...]

CAP Champenois dans la Marne, ou l’appétit de création d’Hervé Coutelas2021-09-20T12:10:51+00:00

CAP Groupe poursuit sa structuration et investit massivement dans son outil de production

Article de Verre et Protections Mag du 20/03/20212020 et 2021, “les années Covid” ont marqué les esprits avec la prise de conscience de la nécessité de la relance industrielle en France. Cette réalité, c’est pourtant celle de CAP Groupe au quotidien, depuis plus de 20 ans.Après une série de six opérations de reprises au sein de son secteur d’activité et avoir sauvé 370 emplois (« sans recours au soutien du capital investissement ou aux investisseurs privés » s’en félicite son dirigeant Hervé Coutelas) le groupe profite de l’embellie dans le second œuvre pour accélérer l’intégration de ses filiales et leur développement commercial, en poursuivant sa structuration et en investissant très significativement dans les outils de demain.Hervé Coutelas, dirigeant de CAP GroupeRenforcement des infrastructures de productionSoucieux de la qualité de ses produits “100 % fabrication française”, de l’optimisation de sa chaine logistique et de la spécialisation de ses centres de production, le groupe vient d’investir dans une usine de plus de 4 000 m2 près de son siège de Reims. Cette dernière sera entièrement dédiée à la fabrication de pergolas et vérandas sur mesure. À cette occasion un investissement significatif dans des machines spécialisées pour ces lignes de production vient d’être réalisé. Il se compose d’un équipement complet FOM comprenant un centre d’usinage, deux scies double tête, une table de vitrage, une scie à panneaux et une emballeuse.Pour sa nouvelle usine de Charleville-Mézières (lire également Verre & Protections Mag n°120, page 18) le transfert est prévu pour courant 2022 compte tenu de l’importance des travaux engagés et notamment de l’installation d’une nouvelle ligne de production bois. L’ensemble ainsi réalisé deviendra le plus important du groupe avec six lignes complètes Dubus et Urban pour les gros chantiers PVC, une ligne complète FOM avec deux scies double-tête, un centre d’usinage, une sertisseuse pour la menuiserie industrielle aluminium, deux lignes complètes pour la menuiserie industrielle bois et enfin une nouvelle ligne dédiée uniquement à la menuiserie bois pour les artisans dont le choix n’est pas encore arrêté à ce jour.Chantier de développement et d’intégration informatiqueParallèlement, CAP Groupe s’est lancé dans un vaste chantier de développe- ment et d’intégration informatique afin de piloter en mode agile ses outils de production, sa prise de commande et le suivit de ses clients. L’entreprise entend également renforcer sa présence digitale, désormais indispensable à l’accélération de ses canaux de distribution.Cette refonte de l’infrastructure informatique s’accompagne d’un renforcement significatif de la fonction financeau sein du groupe avec l’arrivée d’une toute nouvelle directrice financière et l’adoption généralisée d’un CRM et d’un outil comptable désormais communs à toutes les entités du groupe.40 recrutements de concessionnaires dédiés depuis le début de l’annéeFin 2020 CAP Groupe confirmait sa volonté de relancer et renforcer la marque “Fermoba” acquise en 2014 (lire Verre & Protections Mag n°122/123, page 48). « Créée en 1957, Fermoba est considérée comme la pionnière de la Menuiserie moderne en France et n’a pas d’équivalent sur notre marché. Là encore, la méthode “CAP Groupe” fait des émules : avec plus de 40 [...]

CAP Groupe poursuit sa structuration et investit massivement dans son outil de production2021-09-20T12:12:06+00:00

CAP Groupe relance le réseau Fermoba

Article de Verre et Protections Mag du 26/03/2021Créée par une famille d’entrepreneurs lorrains en 1957, la marque Fermoba est rapidement devenue la référence française de la menuiserie PVC dans le second œuvre du bâtiment.« Avec, à ce jour, plus de 60 ans d’historique, trois millions de menuiseries posées et plus d’un million de clients, l’entreprise peut définitivement être considérée comme la pionnière de la menuiserie dans notre pays », explique Hervé Coutelas PDG de CAP Groupe.Au pic de son activité la société réalisait l’équivalent actuel de 200 millions d’euros de chiffre d’affaires et avec 95 agences au niveau national, elle a longtemps été leader du secteur en France.Rapidement appuyée par un de ses fournisseurs allemands, au milieu des années 80, qui y voyait l’opportunité de pénétrer le marché français, la société a malgré tout connu un parcours chaotique au cours des crises immobilières des années 90, la conduisant à la liquidation judiciaire en 2014. Au moment du dépôt de bilan, la société n’était plus présente que dans le quart nord-est de la France.« Fidèle à sa politique de relance par l’emploi, CAP groupe décide alors de reprendre 42 salariés et 11 agences, dans le but de redéployer la marque au niveau national », explique José Desa, directeur général de CAP Groupe. À l’époque, l’INPI avait signifié à CAP Groupe le fort ancrage de la marque auprès des artisans menuisiers poseurs sur l’ensemble du territoire. Fermoba était initialement spécialisée dans le PVC ».  Depuis début 2021, plus d’une trentaine d’artisans indépendants ont souhaité rejoindre FermobaLa reprise par CAP Groupe a permis d’ajouter les menuiseries, portails, vérandas et pergolas aluminium ainsi que la menuiserie bois, tout en recréant un véritable réseau commercial au niveau national.« CAP défend avant tout une fabrication 100 % (et non pas “d’origine”) française, basée sur une gamme compétitive complète qui défend l’emploi industriel en France, ajoute Hervé Coutelas. Notre société s’est notamment illustrée dans des opérations de sauvetages spectaculaires où elle a été, à chaque fois, la seule candidate : PVC Design à Chalons-en-Champagne (2005, 15 salariés sauvés), SMVF à Metz (2013, 18 salariés sauvés), Isoplas au Havre (2014, 120 salariés), Fermoba (2014, 42 salariés), MID à Dormans (2017, 45 personnes) et SAMBP à Charleville Mézière (2019, 130 personnes). Il est possible de réindustrialiser notre pays de manière compétitive tout en générant de nouveaux emplois durables », conclut le fondateur du groupe CAP (lire également Verre & Protections Mag n°120, page 18).« Les importants signes de sympathie pour la marque Fermoba ainsi que les demandes croissantes sur son site internet, ont poussé depuis 2014 le groupe CAP à redévelopper ce réseau. Depuis le début de l’année 2021 plus d’une trentaine d’artisans indépendants ont souhaité rejoindre Fermoba et porter ses couleurs en tant que concessionnaires », ajoute Walter Montana, directeur commercial du groupe. 

CAP Groupe relance le réseau Fermoba2021-09-20T12:13:05+00:00